Les pesticides au jardin sont interdits depuis le 1er janvier 2019 !

Les pesticides au jardin sont interdits depuis le 1er janvier 2019 !

A compter du 1er janvier 2019, pour jardiner ou désherber, il est interdit d’acheter, d’utiliser ou de stocker des pesticides chimiques. Issue de la loi Labbé, cette nouvelle mesure vise à protéger votre santé et l’environnement.

Particuliers, jardiniers amateurs… la réglementation évolue

Depuis le 1er janvier 2019, la réglementation contre l’utilisation les pesticides chimiques pour les jardiniers amateurs évolue. Vous ne pouvez plus les acheter, les utiliser et les stocker pour jardiner ou désherber.

Cette interdiction concerne aussi les collectivités qui n’ont plus le droit, depuis janvier 2017, d’utiliser ces pesticides sur les espaces verts, les forêts, les voiries ou les promenades accessibles ou ouverts au public.

Pesticides et environnement

Les pesticides incluent les insecticides, les herbicides ou désherbants, les anti-nuisibles et les fongicides. Leur toxicité pour l’homme peut être grave en cas d’absorption accidentelle, d’inhalation forte ou de contact avec la peau. Mais aussi en cas d’ingestion régulière de résidus de pesticides dans l’alimentation ou l’eau de boisson.

Outre les empoisonnements, les pesticides sont capables d’endommager le système immunitaire ou de perturber les régulations hormonales. Ils sont également soupçonnés d’accroître le taux de certains cancers (sein, prostate) et de réduire la fécondité masculine.

Ces produits peuvent aussi être dangereux pour l’environnement :

  • en polluant les eaux : les jardiniers amateurs seraient responsables pour 1/4 de la pollution des eaux de surfaces et des nappes souterraines. Plus de 90 % de nos cours d’eau sont contaminés par les pesticides.
  • en polluant l’air : les 3/4 du volume des produits appliqués seraient perdus lors de pratiques inopportunes comme en cas de pulvérisation par temps venteux par exemple.
  • en perturbant les milieux naturels : les espèces aquatiques sont directement menacées par les surdosages et l’application à proximité de points d’eau, sur des sols imperméables ou en pente, qui entraînent les pluies souillées vers les ruisseaux et les rivières.

(Source : guide pratique de l’Ademe Moins de produits toxiques)

Que faire des bidons de pesticides ?

Bouteilles, bidons, flacons, sprays… rapportez vos pesticides en déchetterie ou dans des points de collecte temporaire, si possible dans leur emballage d’origine. Ces produits pourront être récupérés pour retraitement par les filières de recyclage spécialisées.

Ne jetez jamais ces produits à la poubelle ou dans les canalisations !

Pour aller plus loin :

https://www.ecologique-solidaire.gouv.fr/pesticides-chimiques-jardiniers-amateurs-sont-desormais-interdits

Consommateurs, l’Union européenne vous informe et vous défend

Consommateurs, l’Union européenne vous informe et vous défend

Le CTRC Sud Provence Alpes Côte d’Azur propose une exposition sur le thème des droits des consommateurs dans l’Union européenne. Accessible à tous, cette exposition reprend différents thèmes de la vie quotidienne du consommateur, qu’il soit domicilié en France ou en Europe.

Réalisée avec le concours de la région Sud Provence–Alpes-Côte d’Azur sous le patronage de la Commission de la représentation européenne, l’exposition est disponible à l’emprunt.

Composée de 12 panneaux, elle se compose de 8 thématiques, questions essentielles que les consommateurs peuvent se poser dans leur vie quotidienne :

• achat dans l’union européenne
• voyages dans l’union européenne
• achat d’un véhicule a un professionnel en Europe
• achats en ligne en Europe
• soins dans l’union européenne
• sécurité des produits dans l’union européenne
• étiquetage des produits litige avec un professionnel européen.

Pour chaque thème, des dépliants décrivant de manière plus précise la thématique abordée sont mis à disposition des consommateurs.

Cette exposition est présentée dans les lycées de la région, lors des fêtes de l’Europe du Département ou lors de tout événement d’envergure régionale.

Elle est installée à titre permanent dans les locaux de l’association Eurocircle qui est, depuis cette année un Centre d’Information Europe Direct à Marseille.

Le CTRC Sud PACA a participé à la réunion de lancement de la campagne du Parlement européen « cettefoisjevote.eu » en 2018. Elle a permis des contacts avec d’autres structures (Maison de l’Europe de Nîmes, centres sociaux de quartiers,) dans lesquelles l’exposition et le travail des associations adhérentes pourront être mis en valeur.

Pour en savoir plus, retrouver l’exposition et les modalités de prêt sur le site internet du CTRC Sud PACA

Un Réseau pour Eviter le Gaspillage ALimentaire (REGAL) en Normandie

Un Réseau pour Eviter le Gaspillage ALimentaire (REGAL) en Normandie

Créé en 2014, le Réseau pour Éviter le Gaspillage Alimentaire (RÉGAL) de Normandie est une communauté de travail permettant le dialogue et les échanges, l’émergence d’actions individuelles ou collectives, l’observation et la production de méthodes et de données.

Il a pour but d’accompagner et de faciliter la mise en œuvre de la lutte contre le gaspillage alimentaire en vue d’atteindre l’objectif de – 50 % de gaspillage alimentaire d’ici 2025 (Pacte national de juin 2013).

Le Comité de pilotage du RÉGAL Normandie est composé de représentants de l’ADEME, de l’État (DRAAF, DREAL), de la région Normandie, des entreprises (AREA Normandie), Des associations de protection et d’éducation à l’environnement (CREPAN, GRAINE Normandie), des associations de consommateurs (CTRC) et des épiceries solidaires (ANDES).

Le CTRC Normandie coordonne avec l’association GRAINE Normandie, le groupe de travail « Information & Sensibilisation ». Il réunit des collectivités intervenant dans le domaine des déchets et des associations de sensibilisation ou de défense des consommateurs, et tout autre acteur sensible au sujet.

Ses objectifs :

• Recenser ou élaborer des outils et des méthodes pour mieux sensibiliser le consommateur.
• Favoriser l’échange de pratiques entre professionnels.
• Identifier les actions de sensibilisation menées sur le territoire et connaître leurs retombées.

Les réalisations du groupe de travail

• Panorama des actions de sensibilisation au gaspillage alimentaire menées en Basse-Normandie.
• Élaboration d’une trame type d’animations «Lutte contre le gaspillage alimentaire sur le lieu de vente».

Les projets

• Travail sur l’interaction entre les acteurs de la sensibilisation et les lieux de vente (grandes et moyennes surfaces, marchés…) d’un même territoire de vie,
• Collecte des données du territoire en matière de sensibilisation,
• Identification des actions déjà réalisées par les grandes et moyennes surfaces et incitation à la généralisation.


Pour en savoir plus :

Visionner les 3 vidéos proposées dans le cadre de ces travaux à destination du grand public, de la restauration privée et des entreprises, sur le site Internet du CTRC Normandie

Consulter le site Internet du REGAL de Normandie

Découvrez le catalogue 2019 des formations du CTRC Ile-de-France !

Découvrez le catalogue 2019 des formations du CTRC Ile-de-France !

Compte tenu de la complexification croissante des dossiers et de l’ampleur des sujets à traiter, pour pouvoir répondre aux questions des consommateurs et résoudre leurs litiges, se former est une nécessité pour les représentants et les bénévoles des associations de consommateurs. Afin de répondre aux attentes des représentants et bénévoles des associations et conformément aux dispositions prévues par l’arrêté du 12 novembre 2010, le CTRC Ile-de-France propose aux associations de consommateurs adhérentes une formation de proximité permanente et régionale avec un programme annuel de formations.

Le droit de la consommation est un droit pluridisciplinaire et sujet à de constantes modifications par le législateur, ce qui entraîne une demande croissante de plus d’information et de communication sur les réglementations en vigueur. C’est pour cette raison que les thèmes des formations sont en lien étroit avec l’actualité législative.

Le CTRC Ile-de-France veille ainsi à la mise à jour des connaissances des représentants et des bénévoles des associations.

Il propose également au moins deux fois par an aux nouveaux bénévoles la formation ‘’tenue de permanences’’ pour leur permettre d’acquérir des réflexes pour un accueil efficace du consommateur, l’informer sur ses droits et résoudre efficacement le litige.

Par ailleurs, Le CTRC Ile-de-France, peut organiser à la demande des associations, des formations sur ‘’mesure’’ et délocalisées.

Le CTRC Ile-de-France reste ouvert également à toutes suggestions pour proposer, au fil de l’eau, des formations rendues nécessaires du fait de l’actualité. Si vous souhaitez une intervention auprès de vos bénévoles, n’hésitez pas à prendre contact avec nous au 01 42 80 96 99 ou par mail à c.t.r.c-idf@orange.fr
Ces formations sont également ouvertes aux associations et organismes non adhérents.

Pour en savoir plus sur ces formations et en connaître les modalités pratiques d’organisation, consultez le site Internet du CTRC Ile-de-France

►Consulter le catalogue des formations

Nouveaux Véhicules Electriques Individuels (NVEI) type Hoverboard : attention à l’assurance !

Nouveaux Véhicules Electriques Individuels (NVEI) type Hoverboard : attention à l’assurance !

Le CTRC Hauts de France vous informe

Trottinette électrique, vélo à assistance électrique, mono-roue, hoverboard font une apparition en nombre dans l’espace public. De nombreux accidents sont constatés et se pose alors la question de l’indemnisation, non seulement des victimes, mais également des conducteurs de ces engins.

Actuellement, il semble que la responsabilité civile contenue dans le contrat multirisque habitation suffise quand la vitesse ne dépasse pas 6 km/h pour indemniser la victime. Sachez qu’au-delà il faudra souscrire une assurance spécifique.
Dans tous les cas, il faut penser également à la protection du « pilote », car un accident peut coûter cher en cas de blessures, d’impossibilité de travailler…

Vous l’avez compris, mieux vaut vous informer au préalable sur la nécessité ou non de s’assurer ainsi que des conditions d’indemnisation prévues au contrat.

Pour en savoir plus sur les conditions de circulation avec ces nouveaux véhicules électriques individuels, consulter aussi la fiche d’information éditée par l’INC